Piments et poivrons

Une douzaine de plants combinant un bel assortiment de poivrons et de piments devrait suffire aux besoins de la plupart des familles.
Les piments comme les poivrons donnent d’abord une petite fleur blanche.
On peut cueillir le poivron en tout temps, quelle que soit sa grosseur. Il est cependant plus sucré une fois bien mûr.
Le poivron ordinaire est légèrement sucré, bien croquant, et il arbore une belle couleur verte, rouge, jaune ou orange.
Le piment jalapeño présente un goût légèrement fumé qui peut être sucré mais aussi se décliner en diverses variantes, tant douces que fortes.
Présentant un goût légèrement fruité qui rappelle la pomme et la tomate, le piment habañero est l’un des piments forts les plus recherchés.
Qu’ils soient doux ou forts, les piments sont tout autant agréables à regarder qu’à déguster.
Contrairement aux autres piments, le piment tabasco pousse en pointant sa partie effilée vers le haut, et sa cavité intérieure n’est pas sèche.

Les piments et les poivrons figurent parmi les légumes particulièrement gratifiants à avoir au potager. Leur grande diversité de goûts va du poivron tout en douceur au feu brûlant du piment fort, une foule de variétés insérant leur propre nuance dans cette escalade. La petite fleur blanche du piment se métamorphose progressivement, devenant une réplique miniature de sa version achevée avant d’atteindre sa forme finale à la perfection.

 

Les piments font partie des légumes très faciles à cultiver en plate-bande ou en bac. Profitez-en pour aller à la découverte de nouvelles variétés qui conféreront une nouvelle saveur ou couleur à vos plats. Il suffit de suivre quelques conseils pour avoir le plaisir de disposer d’une récolte encore plus généreuse et réussie et de jouir d’une abondance de piments et les poivrons tout au long de l’été.

  

Variétés de piments et poivrons
En matière de piments et de poivrons, le choix de couleurs, de formes et de formats est tout simplement renversant! À la base, on distingue d’abord les piments doux des piments forts. Si vous disposez de suffisamment d’espace, vous verrez qu’il est intéressant de cultiver un peu des deux!

 

La capsaïcine est l’ingrédient responsable du degré de chaleur des piments, et on en établit la teneur selon un classement appelé « échelle de Scoville » (voir l’encadré). Les piments doux comme le poivron ordinaire d’Amérique et le poivron rond se trouvent au bas de cette échelle, puisqu’ils présentent une teneur quasi nulle de cet ingrédient brûlant. Au fur et à mesure que l’on remonte l’échelle de mesure de la chaleur des piments, on se retrouve devant des variétés moyennement fortes comme le piment serrano, le piment jaune hongrois et le piment de cayenne. Le sommet de l’échelle est occupé par le Ghost Pepper, surpassé par le piment Trinidad Scorpion, qui fait littéralement monter les larmes aux yeux.

 

On conseille de goûter d’abord à diverses variétés de piment offertes en épicerie ou dans les marchés publics avant d‘en planter, question d’avoir un aperçu de la… violence du feu recherché! Nous vous présentons ici quelques variétés courantes, en allant de la plus douce à la plus brûlante.
 

Les piments et les poivrons existent dans un vaste éventail de couleurs, de formes et de formats.

 

Catégorie « Piments neutres ou doux » : Un piment doux tout juste cueilli du potager est un délice estival qui n’a pas son pareil dans une assiette de crudités ou intégré à une salade arrosée d’une vinaigrette légère. Jardiniers et cuistots accordent une part de leurs préférences aux variétés qui suivent.
 

Le poivron ordinaire ou « d’Amérique » (0 unité Scoville) est légèrement sucré, bien croquant, et il arbore une belle couleur verte, rouge, jaune ou orange. Un poivron est toujours d’abord vert, puis il acquiert sa couleur finale – soit le rouge, le jaune ou l’orange   une fois parvenu à pleine maturité. Plus il est mûr, plus son goût s’adoucit.
 

Le piment corne de taureau (de 0 à 100 unités Scoville) est de forme conique et il présente un goût de plus en plus sucré au fur et à mesure qu’il mûrit. D’abord vert pâle, il passe au jaune, orange ou rouge. Ce piment de 5 à 15 cm de longueur est doté d’une paroi épaisse qui lui permet d’être aisément mis en friture, farci ou mariné.
 

Le piment banane doux (de 0 à 500 unités Scoville) est un piment long et effilé, au goût sucré, qui passe du jaune pâle à l’orange foncé en mûrissant. Il est délicieux dans les sandwiches et salades, ou encore farci et frit.
 

Le piment pimiento (de 100 à 500 unités Scoville) est un poivron doux en forme de cœur allongé atteignant environ quatre pouces de longueur. On l’appelle aussi « piment cerise ». Son goût sucré, plus prononcé que celui du poivron ordinaire, ajoute une délicieuse note sucrée aux pizzas et sandwiches et lui permet d’être délicieux une fois mariné. Comme il est difficile à trouver au supermarché, il est généralement intéressant d’en cultiver.

 

Le piment corne-de-taureau devient de plus en plus sucré en mûrissant.

 

Catégorie « Piments chaleureux » : Vous pouvez ajouter du caractère à votre carré de piments en essayant ces variétés moyennement fortes parfaitement équilibrées grâce à leur goût à la fois sucré et épicé.
 

Le piment cubanel (de 0 à 1000 unités Scoville) est un piment doux long, effilé et à peau luisante. Ses parois épaisses sont d’abord vert pâle, pour devenir rouges une fois le fruit bien mûr. Il est délicieux dans les sandwiches, les salades et dans un plat principal.
 

Le piment Anaheim (de 500 à 2000 unités Scoville), connu également sous le nom de «« piment de Californie » ou de « piment vert », fait partie des piments très doux, son goût pouvant être assez sucré mais aussi de force moyenne. De couleur brune, il peut mesurer jusqu’à six pouces de longueur. Il donne du piquant aux mets à base d’œufs, aux légumes et aux plats mijotés. Sa peau se pèle aisément lorsqu’on le passe sous le gril avant de l’emballer dans un sac en papier pour qu’il termine sa cuisson dans sa propre vapeur.
 

Le piment poblano (de 500 à 2500 unités Scoville) est énormément utilisé en cuisine mexicaine, où on le sert farci ou frit. Il sert également à rehausser la saveur des sauces. Il peut faire jusqu’à environ quatre pouces de longueur, présentant d’abord une couleur vert violacé, qui passe à un rouge foncé presque noir une fois le fruit bien mûr. Sous sa forme déshydratée, on l’appelle « piment ancho ».
 

Le piment cascabel (de 1500 à 2500 unités Scoville) présente un goût moyennement sucré, appuyé d’une note de noisette. Il dégage une certaine chaleur. Ce petit poivron rond convient aux sauces et aux plats mijotés.
 

Le piment Anaheim, aussi appelé « piment vert » est l’un des représentants les plus doux de sa famille.

 

Catégorie « Piments forts » : Si vous souhaitez vous hasarder en terrain un peu plus fort sans pour autant vous brûler les papilles, les variétés de cette catégorie se situant entre 2500 à 15 000 à l’échelle de Scoville vous donneront un petit coup de fouet.

 

Le piment jalapeño (de 2500 à 5000 unités Scoville) présente un goût légèrement fumé qui peut être sucré mais aussi se décliner en diverses variantes, de douce à forte. Il peut mesurer environ trois pouces de longueur, sa couleur verte initiale passant au rouge vif, selon sa maturité. Le piment jalapeño est parfois séché et fumé; on l’appelle alors « piment chipotle ». C’est ce piment qui sert à la préparation de la sauce de type sriracha.

 

Le piment Fresno (de 2500 à 10 000 unités Scoville) remonte votre défi d’un cran. De forme et de dimensions similaires au piment jalapeño, il est cependant beaucoup plus fort. Il mesure environ 5 cm de longueur, et sa couleur passe du vert clair initial à l’orange ou au rouge à l’atteinte de la maturité. Comme ses parois sont fines et tendres, il est excellent pour faire de la salsa. Il est cependant difficile de le faire sécher.
 

Le piment banane fort (de 5000 à 15 000 unités Scoville) est aussi connu sous le nom de « piment hongrois ». Ne vous laissez pas tromper par sa douce couleur jaune-vert : ce piment a du culot. Si on le laisse parvenir à sa pleine maturité, il sera d’un beau rouge vif. On l’ajoute sans cuisson préalable aux salades, on le fait mariner ou on en met dans les plats cuisinés. Il sert souvent de substitut au piment jaune thaïlandais, parfois difficile à trouver.

 

Si on le laisse parvenir à sa pleine maturité, le piment banane sera d’un beau rouge vif.

 

Catégorie « Piments torrides » : Vous avez envie d’avoir chaud? Recherchez les variétés qui obtiennent entre 15 000 et 50 000 unités à l’échelle de Scoville. Leur pouvoir de transmission de chaleur n’est pas pour les âmes sensibles…

 

Le piment serrano (de 15 000 à 30 000 unités Scoville) est un petit piment d’apparence cireuse au goût vif, frais… et très piquant. Il mesure environ 3 à 5 cm de longueur, et sa couleur verte initiale peut se maintenir au gré de la maturation, mais aussi donner des gousses de couleur rouge, marron, orange et jaune. Ce piment ne se prête pas vraiment à la déshydratation.
 

Le piment de Arbol (de 15 000 à 30 000 unités Scoville) est un petit piment très fort. D’abord vert, il est rouge vif une fois parvenu à maturité. On l’utilise frais ou déshydraté.
 

Le piment Red Cap Mushroom (30 000 unités Scoville) est une ancienne variété traditionnelle au goût à la fois fruité et épicé. Ce piment en forme de cloche a environ la taille d’une balle de golf, et son fruit vert lime devient rouge vif à maturité. Il est particulièrement intéressant de le faire mariner ou déshydrater.
 

Le piment de Cayenne (de 25 000 à 50 000 unités Scoville) a une saveur extrêmement brûlante, même petit. Il mesure jusqu’à 15 cm de longueur et existe en vert ou en rouge, les variétés rouges étant les plus fortes. Le piment de Cayenne sert couramment à la préparation de sauces et de la salsa. Pour le conserver, on peut soit le faire mariner, soit le déshydrater.
 

Le piment tabasco (de 30 000 à 50 000 unités Scoville) a été rendu célèbre par la sauce pimentée qui porte son nom. Son petit fruit de 3 cm est vert et devient rouge vif à maturité. Contrairement aux autres piments, ce piment pousse en pointant sa partie effilée vers le haut, et sa cavité intérieure n’est pas sèche.
 

Le piment Red Cap Mushroom présente un goût à la fois fruité et épicé.

 

Catégorie « Piments explosifs »: Gardez le numéro de téléphone du service des incendies à portée de la main si vous osez vous aventurer vers le sommet de l’échelle de Scoville. Ces variétés sont réservées aux amateurs de sensations fortes.
 

Le piment thaïlandais (de 50 000 à 150 000 unités Scoville) est une incroyable boule d’énergie malgré sa petite taille. Ne faisant que 2 cm de longueur, il peut être vert ou rouge vif une fois bien mûr. Compte tenu de sa vigueur, il faut l’utiliser avec parcimonie…
 

Le piment Scotch Bonnets (325 000 unités Scoville) est très prisé dans les Antilles. Véritable petite bombe, il est deux fois plus fort que les piments jalapeño et serrano.
 

Le piment habañero (de 100 000 à 350 000 unités Scoville) a tout ce qu’il faut pour brûler en bouche : à ne pas recommander aux timorés! Présentant un goût légèrement fruité aux nuances de pomme et de tomate, c’est l’un des piments forts les plus recherchés qui soient. D’une forme rappelant une petite lanterne chinoise aplatie, il mesure environ 2,5 cm de longueur, arborant d’abord une couleur verte pour virer à l’orange, au rouge, au blanc, au marron et même au rose une fois mûr. Il est souvent utilisé en purée ou dans la salsa.
 

Le piment Ghost Pepper (plus de 1 000 000 unités Scoville) a la réputation de figurer parmi les piments les plus forts au monde. Aussi connu sous le nom de « piment bhut joloki », il vous laissera la bouche en feu durant au moins 30 minutes.
 

Le piment Trinidad Scorpion (plus de 1 500 000 unités Scoville) est actuellement le piment le plus explosif au monde. Il est cultivé par des aficionados du piment désireux de repousser les limites. Un contact avec les yeux en cours de manipulation peut même causer une cécité temporaire. On recommande aussi de porter un masque et une combinaison quand on le fait cuire, afin de se protéger des émanations.
 

Le piment thaïlandais est une incroyable boule d’énergie malgré sa petite taille; il faut l’utiliser avec parcimonie.

 

1, 2, 3, partez!
Les poivrons et les piments aiment les climats chauds et s’épanouissent de façon optimale lorsque la température se situe entre 18 et 23 degrés Celsius. Il est préférable de commencer leur culture tôt en saison et de transplanter les plantules de deux à trois semaines après que le risque de gel est passé. Ce faisant, on s’assure que le sol est assez chaud tout en permettant aux plants de fleurir avant les grandes chaleurs de fin d’été.

 

Quelques préparatifs avant la plantation permettront de simplifier la tâche tout en maximisant les résultats. Il faut d’abord choisir un emplacement qui profite d’au moins six heures d’ensoleillement par jour. Comme les plants doivent être arrosés régulièrement, assurez-vous que le tuyau d’arrosage ou le gicleur peut atteindre la parcelle choisie.

 

Les piments peuvent croître dans une grande diversité de sols, mais la récolte sera meilleure si on leur donne un coup de pouce au départ. Avant la plantation, il faut retirer tout débris et ameublir le sol en brisant toute motte plus grosse qu’une pomme. L’incorporation de compost ou de terre à jardin organique facilitera la croissance du système racinaire et la santé des plants.
 

Le piment cubanel, aussi appelé « piment italien », est sucré et tendre.

 

Conseils
Les poivrons comme les piments sont de culture facile, et ils nécessitent en fait peu de soins, à l’exception de l’arrosage et du désherbage. Voici quelques trucs et conseils qui vous aideront à avoir une récolte abondante tout l’été.

 

Semis : Laissez une distance de 45 à 65 cm entre les plants, tout en prévoyant un dégagement de 0,66 à 1 mètre entre les rangées afin de pouvoir circuler et procéder au désherbage. Installez les plants à une profondeur juste assez suffisante pour couvrir la terre du contenant dans lequel il se trouve; un plant installé trop profondément aura du mal à croître normalement.
 

Arrosage : Les piments doux s’épanouiront dans un sol humide et bien drainé. Une irrigation insuffisante pourrait les rendre amers. Arrosez-les donc régulièrement, surtout en période de sécheresse et au moment de la récolte. Les piments forts sont moins exigeants, puisqu’il est préférable de ne les arroser que lorsque leurs feuilles commencent à flétrir. Un arrosage trop abondant leur fera perdre de leur saveur, et ils auront moins de goût que prévu.
 

Paillage : Entourez les plants d’une couche d’environ un pouce de paillis afin de garder le sol humide et de limiter l’émergence de mauvaises herbes. N’entassez jamais le paillis contre les plants, car vous pourriez ainsi propager certaines maladies.
 

Engrais : Les piments n’ont pas vraiment besoin d’engrais avant leur période de floraison. Si les jeunes plants reçoivent un apport trop élevé en azote, leur feuillage sera trop abondant, ce qui nuira à la production de fleurs et de fruits. Une fois les plants en pleine floraison, il faut s’assurer de leur procurer exactement la quantité d’engrais nécessaire si on veut profiter d’une récolte abondante. Il faut pour ce faire utiliser un engrais destiné à la culture légumière et suivre soigneusement les directives figurant sur l’emballage.
 

Tuteurage : À l’instar de tout plant produisant de gros fruits, le poivron peut avoir besoin d’un tuteur une fois sa production amorcée. Lorsqu’il porte trois ou quatre fruits, le plant peut ployer sous le poids et casser au sol. Installez les tuteurs dès la transplantation des plantules afin de ne pas perturber le système racinaire plus tard en saison. Utilisez des tuteurs de 1 à 1,3 mètre, auxquels vous attacherez les plants au fur et à mesure qu’ils grandiront. Prenez soin de vous servir d’attaches en tissu, qui ne s’incrusteront pas dans les tiges.
 

Récolte :
Doux ou forts, les piments peuvent être cueillis en tout temps, quelle que soit leur grosseur. Les piments doux sont cependant plus sucrés une fois bien mûrs. De même, les piments forts sont plus forts une fois le fruit bien mûr. Lorsque vous prélevez le fruit, servez-vous d’un sécateur afin de diminuer le risque d’abîmer le plant en tirant.
 

Lorsque vous manipulez des piments forts, prenez soin de porter des gants afin de vous assurer de n’en avoir aucune trace sur les mains. Vous pourriez en effet subir un inconfort au nez ou aux yeux si vous les frottez par mégarde après avoir touché à des piments forts à mains nues.
 

Compagnonnage
Tirez parti des plantes dont la proximité profite aux piments en éloignant les ravageurs tout en en rehaussant le goût et en favorisant la croissance ou la vigueur. Voici des plantes dont le voisinage est positif pour les piments, doux ou forts.

 

La marjolaine, le basilic, les épinards et l’okra facilitent le plein épanouissement des fruits du piment en gardant le sol plus humide et en protégeant les plants de la lumière directe du soleil et des vents desséchants.
 

Les plantes à l’arôme pénétrant comme la ciboulette, l’oignon, l’ail et l’œillet d’Inde aident à éloigner et désorienter les insectes.
 

Marjoram helps peppers develop healthy fruit by raising the humidity

 

En contrepartie, certaines plantes ne sont pas de bons voisins des piments, car elles en ralentissent la croissance ou attirent des ravageurs. Évitez donc de faire pousser des brassicales (brocoli, chou, chou-fleur, chou frisé, chou-rave, moutarde, rutabaga et panais) et du fenouil à proximité des piments. Ils nuisent à la bonne croissance des piments, car ils puisent dans les mêmes réserves nutritives. 

 

Plusieurs espèces comestibles peuvent aisément croître dans un terrain occupé par des piments et poivrons, ce qui permet de maximiser l’utilisation de l’espace. On peut par exemple miser sur les espèces suivantes :
 

Plusieurs espèces comestibles peuvent aisément croître dans un terrain occupé par des piments et poivrons, ce qui permet de maximiser l’utilisation de l’espace. On peut par exemple miser sur les espèces suivantes :
 

Les oignons peuvent très bien accompagner les piments et poivrons, en occupant l’espace entre les plants.
 

Comme les piments et les tomates ont des conditions de croissance similaires, ils peuvent très bien être cultivés dans une même section du potager.
 

Résolution de problèmes
La culture des poivrons et piments est facile et pose peu de difficultés, celles-ci étant essentiellement liées au vent, au mauvais temps, à l’ensoleillement, à la pluviométrie et à la présence de ravageurs. Ce sont des problèmes sur lesquels nous n’avons pas de contrôle, mais ils s’avèrent bien souvent simplement temporaires ou d’ordre esthétique, et quelques trucs simples peuvent en amoindrir les conséquences.

 

Les piments cessent de fleurir lorsque la température diurne dépasse 90 degrés ou que la température nocturne est inférieure à 60 degrés. Dans ces circonstances, les fleurs peuvent aussi tomber, afin que le plant conserve toute son énergie. Lorsqu’il fait particulièrement chaud, veillez à maintenir le sol humide afin de limiter le stress subi par les plants. La floraison devrait reprendre une fois la température moins élevée.
 

Un ensoleillement excessif peut aussi provoquer l’apparition de petites taches parcheminées sur les piments. Les plants fournissent généralement suffisamment d’ombre pour protéger leurs fruits. Cependant, s’ils sont abîmés ou que les fluctuations de température sont brutales et que vos piments montrent des signes de stress, installez un écran qui les protégera du chaud soleil du midi.
 

Vérifiez fréquemment si les plants ne sont pas envahis par un quelconque ravageur ou une maladie et, le cas échéant, procédez rapidement au traitement approprié. Un traitement biologique, soit une pulvérisation de savon insecticide, permettra de lutter contre la plupart des insectes. On évitera les maladies en s’assurant que les plants grandissent dans des conditions optimales.

Ce qu’il faut savoir...

Bienfaits pour la santé :
Les piments doux sont faibles en calories et présentent une forte teneur en vitamine C et bêtacarotène. En fait, une tasse de poivron procure davantage de vitamine C qu’une orange.


Il a été démontré que la capsaïcine, qui confère son effet de brûlure au piment, contribue à réduire le cholestérol, à stimuler le système immunitaire et à réduire le risque d’ulcères d’estomac.


Échelle de Scoville
L’échelle de Scoville vous aidera à repérer le degré de chaleur procuré par les piments, qu’ils soient doux ou fort. Cette échelle les évalue selon une grille de 0 à 15 millions d’unités. Le nombre d’unités Scoville a été établi en mélangeant une purée de piments frais dans une eau sucrée, pour ensuite diluer lentement la solution obtenue jusqu’à ce qu’un groupe d’évaluateurs affirme que la sensation de brûlure a disparu. Plus un piment est fort, plus il aura fallu poursuivre la dilution; plus le chiffre sera donc élevé. Une bombe d’auto-défense (poivre de cayenne) est de l’ordre de 2 à 5 millions d’unités Scoville, tandis que la capsaïcine pure fait sauter la baraque à 15 millions d’unités.
 

Plantation :
Une douzaine de plants combinant un bel assortiment de poivrons et de piments devrait suffire aux besoins de la plupart des familles.


Le soufre contribue à la fabrication des composés qui donnent sa chaleur aux piments. En vaporisant une solution de sel d’Epson sur le sol et le feuillage deux fois par saison, on obtiendra des piments encore plus forts.


La plupart des plants de piment feront l’objet d’une pollinisation croisée. Il n’y a cependant pas lieu de s’inquiéter, car cela n’affectera en rien la qualité ou le goût de votre récolte de piments. Cependant, si vous gardez des graines en prévision de vos semis de l’année suivante, votre production reflétera les diverses caractéristiques des variétés dont elle provient.
 

En cuisine :
Comme la chaleur des piments provient essentiellement de leurs graines et de leur filaments, on peut les retirer si l’on souhaite un goût plus en douceur.


La cuisson atténuera le feu des piments forts pour mieux faire ressortir toute la complexité de leur saveur. Mais ils ne deviendront pas doux pour autant!
 

Entreposage et conservation
Non lavés, les piments doux se garderont jusqu’à 14 jours dans le tiroir à légumes du réfrigérateur.


Qu’ils soient doux ou forts, les piments se prêtent à la congélation, après avoir d’abord été lavés. Une fois dégelés, ils auront gardé en partie leur fermeté et pourront être servis crus ou cuits.
 

À la fin de la saison, on peut cueillir les piments encore sur le plant et les laisser mûrir à l’intérieur. Il suffit pour ce faire de les entreposer dans un endroit sombre et frais, après les avoir emballés dans un sac en papier kraft bien refermé. Ils flétriront légèrement mais resteront tout à fait propres à la cuisson.


On pique souvent des piments forts sur une ficelle afin de les suspendre pour sécher (on appelle « ristras » ces tresses de piments). Si on le souhaite, on peut aussi retirer les plants complets du sol avant les premiers gels de l’automne et les suspendre pour sécher.
 

Faits amusants :
Christophe Colomb a été le premier à apporter des piments en Europe, croyant à tort qu’ils faisaient partie de la même famille que le poivre noir. Les piments sont en fait des solanacées, ce qui en fait des cousins de l’aubergine et de la tomate.


La brûlure qui va de pair avec les piments forts n’est pas vraiment liée à son goût, mais plutôt à une réaction directe de nos récepteurs de la douleur à la capsaïcine. Pour atténuer l’effet de piments très brûlants, on peut boire un verre de lait entier : les protéines et matières grasses présentes dans le lait aideront à bloquer la sensation provoquée. Un peu de sucre ou de miel peut aussi aider à atténuer la brûlure.